Arrière-pays et les parcs à thème

Cattolica et… non seulement mer

gradara
GRADARA

Gradara è une belle ville médiévale entourée de remparts, dominant la mer Adriatique. Elle se trouve à 142 m sur le niveau de la mer, entre les Marches e la Romagna
Les premiers signeurs de Gradara étaient les De Griffo qui construirent le morceau plus vieux du château. Ils ont gouverné Gradara pour 50 ans et après elle fut assignée aux Malatestas, les Signeurs de Rimini. Les Malatestas agrandirent la forteresse et Gradara a demontrée d’etre une roqueforte armée pour resister aux attaques. En 1464 le Pape Pio II donne le control aux Sforzas de Milan.
En 1493 Giovanni Sforza epouse Lucrezia Borgia et pour elle il fait faire des affresques dans la partie noble du château. Decedé le dernier descendant des Sforzas, le pape en 1513 donne Gradara aux Della Roveres. N’Ayant aucun descendent Gradara retourne à L’Etat pontifice en 1631 et commence la phase de la déchéance jusqu’en 1920 quand l’Ing. Umberto Zanvettori achète le château qu’il fera réstaurer et le donnera à l’Etat italien.
La visite au château du XIIème permet de voir des belles pièces meublées, les affresques murales bien conservées.
Mais la fortune de Gradara est liée a l’histoire d’amour tragique de Paolo et Francesca, qui a été chantée par Dante dans la «Divine Comédie». Virgile et Dante rencontreront dans le deuxième cercle de l’Enfer, parmi ceux qui ont commis le péché de chair, Paolo et Francesca, personnages qui ont vecu réellement en Italie au Moyen-âge
Francesca de Rimini, fille de Guido Minore Da Polenta était la tante de Guido Novello Da Polenta, près de qui Dante trouva son dernier refuge. Elle avait épousé Gianciotto Malesta seigneur de Rimini, vaillant chevalier mais laid et défforme. Francesca prit pour amant son beau-frère Paolo Malatesta lui aussi vaillant chevalier mais certainement plus beau. Ils furent tous les deux tués d’un coup d’épée par Gianciotto qui les surpris. Pour leur amour coupable, les 2 amants purgent ensemble leur peine dans le cercle des luxurieux tandis que leur meurtrier se retrouve dans la Caïna, le cercle le plus profond du “royaume des douleurs”. Découvrez comment Dante décrit l’amour naissant entre Francesca et Paolo.
san marino
SAN MARINO

Selon la tradition historique, l’ancienne République de Saint-Marin fut fondée par un tailleur de pierres dalmate, Marin, auquel Dioclétien avait confié le travail de restauration des murs de Rimini. Marin avait un ami et compagnon de travail dénommé Léo, qui, comme lui, était chrétien. Pour échapper aux persécutions voulues par l’empereur, ils s’enfuirent tous les deux de la ville, se réfugiant l’un sur le mont Feretrio, l’autre sur le mont Titano. Selon un manuscrit du Xe siècle, Marin serait le «libertatis fundator» de la petite république. Saint-Marin possède en effet un tout petit territoire qui s’étend sur 61 km2.
Montefiore_Conca_mattino
MONTEFIORE CONCA

Son énorme forteresse aux lignes imposantes, construite dans une position verdoyante sur l’une des plus hautes collines de la vallée du Conca, est visible de très loin, même de Rimini.
Montefiore est l’un des pays les plus importants des terres malatestiennes. Ses murs, ses églises et ses ruelles conservent de précieuses œuvres d’art. Par ailleurs, nombreux sont les artisans qui y exercent l’artisanat traditionnel de la poterie. Les hauteurs du village offrent une vue magnifique sur la côte et sur la mer, celle-ci ne semblant s’étendre qu’à quelques mètres de distance. Ses campagnes, riches en oliviers et en chênes, invitent à faire de belles promenades le long de sentiers anciens. Tout cela fait de Montefiore un lieu que l’on ne peut oublier.
san_giovanni
SAN GIOVANNI

Considérée à l’époque comme le “grenier à blé” des Malatesta, cette zone présente deux aspects: une ville linéaire, riche en industries et en services, s’étant développée dans la plaine après avoir abandonné les hauteurs, et une campagne très fertile, traversée par le torrent Ventena, aux paysages ordonnés et harmonieux, terre de beaux vignobles de qualité. 
La côte, qui borde la localité voisine de Cattolica, n’est qu’à quelques pas de là. Son centre traduit toute l’importance qu’elle avait pour la seigneurie riminaise, qui développa ses fortifications en agrandissant les murailles et en réalisant le fossé alimenté par le Ventena. A l’intérieur des murs, renforcés sur le côté mer par deux beaux bastions à plan ogival, la structure urbanistique médiévale offre des quartiers régulièrement distribués autour d’un espace ouvert, lieu dans lequel fut construite, vers le XIIIe s., l’église paroissiale San Pietro. 
La tour civique du XVe s., avec son horloge, sert d’accès au bourg cerné de murs, sur le côté nord. Elle marque le début de la “Via di mezzo” (rue du Milieu), en réalité via XX Settembre, qui offre de nombreuses fosses à blé. Les entrepôts de céréales souterrains recensés dans le centre s’élèvent à environ 200, témoignant de l’histoire économique de la ville, ancien établissement romain puis possession bénédictine. 
De nos jours, son économie se base d’un côté sur l’agriculture, se déclinant en deux produits-clés qui sont le vin et les céréales, et, de l’autre, sur l’industrie, dont le secteur de la mode joue un rôle prépondérant. La vie de la communauté, très active, prévoit également des moments d’attraction touristique se traduisant par des manifestations excentriques, des foires, des marchés et des expositions. La nuit de la Saint-Jean, entre le 23 et le 24 juin, qui est connue, selon une tradition non exclusivement romagnole, comme “la nuit des sorcières”, est célébrée ici par une manifestation d’une semaine qui permet d’en revivre les mystères. Le théâtre Massari, bel édifice “bonbonnière” du XIXe s., propose une programmation annuelle digne des plus grandes scènes.

SALUDECIO

Le passé de ce village recèle des figures de premier plan telles que le bienheureux Amato Ronconi, franciscain du troisième ordre, qui fonda l’hôpital Santa Maria di Monte Onciale au XIIIe siècle; cette structure accueillait les pèlerins qui à l’époque se rendaient à Rome, défiant l’inconnu et affrontant de continuels dangers. Les XIIIe, XIVe et XVe siècles furent des périodes de lutte et de conflits pour la domination du col de Saludecio. Les Malatesta et les Montefeltro s’alternèrent au pouvoir avant de céder le territoire aux nouveaux venus, à savoir, Cesare Borgia, les Della Rovere (héritiers légitimes des Montefeltro) d’abord, puis, pour une période de courte durée, les Vénitiens. En 1524, l’Etat de l’Eglise étendit définitivement son pouvoir sur Saludecio, pouvoir qu’il maintint jusqu’en 1859 (à l’exclusion d’une courte interruption, en 1797, lorsque le centre fut intégré dans la République Cisalpine).
L’intense production littéraire et politique de Saludecio a laissé une marque importante sur le panorama culturel de la vallée du Conca. Pendant longtemps, le village a pu être considéré comme la capitale de cette même vallée. Le Saludecio d’aujourd’hui est l’un des principaux centres agricoles de la zone de Rimini. Ses autres secteurs de pointe sont également l’artisanat (céramique artistique, objets confectionnés en feutre, fer forgé), la petite industrie manufacturière (chaussures, bois, métallurgie et mécanique) et le tourisme. Le milieu environnemental intact a permis le développement, dans les années 80, d’un intéressant projet naturaliste: “Saludecio, centre de plantes officinales et d’études d’herboristerie”. Un herbier permanent et un jardin potager caractérisés par les cent espèces dites «Herbes de Gaetano» y ont été aménagés à ces fins.
montegridolfo
MONTEGRIDOLFO

Le château de Montegridolfo, situé sur la frontière entre la Romagne et les Marches, ligne qui divise la vallée du Conca et la vallée du Foglia, est l’un des mieux conservés du territoire de Rimini.
Le paysage environnant présente de belles collines qui descendent doucement vers la plaine. Le petit village offre une belle structure aux édifices restaurés avec le plus grand soin, et ce, dans le but de faire de Montegridolfo l’un des centres pour le tourisme et pour le relax le plus avancé et le plus qualifié de tout l’arrière-pays romagnol.
palio2
MONDAINO, PALIO DEL DAINO

L’arrivée dans cette commune de la moyenne vallée du Conca est aussi surprenante qu’émotionnante. 
Le bourg, blotti dans les murs du château, présente une élégante place semi-circulaire, set cinématographique et cadre de passionnantes fêtes historiques. 
Forte y est l’empreinte musicale, grâce à sa fanfare et à la fabrique d’accordéons des frères Galanti. Puis il y a la nature intacte des maquis et des campagnes des alentours, où paissaient des daims, que l’on peut encore rencontrer, et qui lui ont donné son nom “mont des daims”. 
Ici, les Etrusques, lors de leur expansion vers la plaine, se superposèrent aux Ombriens. Puis les Romains stoppèrent l’invasion des Gaulois et fondèrent le mythe de l’origine du pays lié à la figure de Diane, déesse de la chasse et des bois, ainsi que de la lune et des sorcières. A cette époque, un temple s’y dressait en son honneur, tel que l’évoque le témoignage d’un Vicus Dianensis. 
Le nouveau nom de Mons Damarum lui fut attribué lors de la diffusion de la religion chrétienne. Devenu plus tard Mondaino, il identifiait un centre qui prit une grande importance géopolitique lorsque les Malatesta décidèrent d’en faire une fortification sur la frontière avec les terres des Montefeltro. Ces derniers étaient les ducs des territoires de la haute vallée du Conca et de Urbino, à une distance de 25 km à peine. La famille riminaise, qui s’y trouvait dès 1289, en renforça les murs et les portes; la forteresse fut le théâtre de rencontres politiques comme les pactes de paix signés, d’abord par Carlo Malatesta et Antonio da Montefeltro, en 1393, puis par Sigismondo Pandolfo et Frédéric, en 1459. Ce dernier ne dura malheureusement pas longtemps car, trois ans plus tard, Frédéric conquit Mondaino et en fit don à l’Eglise. 
Elle resta malgré tout l’un des châteaux les plus importants de la vallée du Conca, s’enrichissant, dans les siècles, d’architectures civiles et ecclésiastiques et maintenant sa structure. Aujourd’hui, entrant par la Porta Marina, la promenade nous dévoile ses beaux quartiers, cadre d’une splendide fête historique en août. La nature, l’art et la culture nous sont proposés par de beaux musées qui en reparcourent l’histoire, depuis les ères géologiques les plus lointaines. Puis voici l’Ar- boreto: lieu magique à quelques kilomètres du centre, dont le parc, avec son centre de documentation environnementale, le théâtre et deux hôtelleries accueillent de nombreux hôtes qui s’y alternent pour déterminer des parcours entre art, communication et nature. 
La commune fut un lieu de résidence de Fabio Tombari, auteur de best-sellers, des années 30 et 40 du XXe s., traitant d’enquêtes ironiques sur la vie de province: Les Gloutons dont il parle (il écrivit ici I Ghiottoni et Frusaglia) ne manquent surtout pas en automne, époque de récolte des truffes, auxquelles est consacrée la foire de fin novembre, de l’huile nouvelle et de l’extraction du fromage de fosse.
San_Leo_I
SAN LEO

San Leo, merveilleuse capitale d’art, citée par Dante Alighieri dans la Divine Comédie, est la clef de voûte de la région historique du Montefeltro, région à laquelle elle a donné son nom. Célèbre pour ses événements historiques et géopolitiques, lieu de tournage de films et de documentaires, destination touristique par excellence, c’est une perle précieuse de la province de Rimini.
L’extraordinaire conformation du lieu, un imposant rocher aux parois à pic, en a déterminé, dès l’époque préhistorique, la double valeur militaire et religieuse, témoignée par des édifices de grande valeur architecturale et artistique. La ville s’appelait Monte Feltro, de Mons Feretrus, nom lié à l’important établissement romain créé autour du temple dédié à Jupiter Feretrio (Jupiter Feretrius). Les Romains construisirent une fortification en son point le plus élevé dès le III s. av. J.-C. La période paléochrétienne (IIe s. apr. J.-C.) se caractérise par la christianisation du lieu due à l’arrivée de Léon et de Marin, deux tailleurs de pierres dalmates qui fondèrent les communautés chrétiennes de San Leo et de Saint-Marin, favorisant la diffusion du christianisme dans toute la région, jusqu’à la naissance du diocèse de Montefeltro. Léon est considéré comme le premier évêque de la circonscription et c’est à lui que l’on doit la construction du sanctuaire original sur lequel, à l’époque carolingienne, fut édifiée l’église paroissiale, modernisée à l’ère pré-romane. C’est après le VIIe s. que fut construite la cathédrale, dédiée au culte de saint Léon. Elle fut rénovée en 1173, prenant des formes romano-lombardes, et unie au puissant beffroi d’origine byzantine. Au XIIe s., la civitas Sanctis Leonis comprenait déjà le palais de l’Evêché, la résidence des chanoines et d’autres édifices voulus par les seigneurs Montefeltro. Venus de la Carpegna voisine, ces derniers s’y étaient établis vers la moitié du XIIe s., tirant leur nom de l’ancienne cité-forteresse de Montefeltro-San Leo. La ville avait été la capitale d’Italie, depuis 962, sous le règne de Bérenger II. 
De nos jours, l’admirable centre historique a préservé toute sa beauté et toute sa rigueur, offrant d’anciennes constructions romanes telles que l’église paroissiale, la cathédrale et la tour, et de nombreux édifices Renaissance, comme le palais médicéen, siège de l’élégant Musée d’art sacré, la résidence des comtes Severini-Nardini et le palais Della Rovere, siège de la mairie. La place centrale est dédiée à Dante, qui y fut accueilli à l’instar de saint François, ce dernier y ayant reçu en don, de la part du comte de Chiusi, le mont de la Verna. La forteresse de Francesco di Giorgio Martini, sur la pointe la plus élevée du rocher, fut la prison de Giuseppe Balsamo, connu comme comte de Cagliostro, de 1791 à sa mort, en 1795.

 

 

Parcs thématique

parco-le-navi
LE NAVI, ACQUARIO DI CATTOLICA

Une nouvelle façon pour connaître la mer, ses habitants et son histoire. L’exceptionnelle aventure de la mer depuis l’origine de la terre à nos jours. Apprendre en s’amusant, jouer en tant que protagonistes d’un voyage inoubliable dans un des parcours proposés par le parc thématique Le Navi. Montes sur Le Navi, nous partons pour une aventure interactive au centre de la connaissance.
oltremare_logo
OLTREMARE

Ouvert toute l’année, Oltremare est le résultat d’un investissement de 70 millions d’euro réalisé par de réels entrepreneurs, depuis plusieurs années présents sur le territoire: Aquafan et Delphinarium Riccione. Le parc, riche de parcours et rencontres émotionnels avec la nature, prend vie suite à un projet d’architecteure innovative, où la technologie et l’expérience spectaculaire américaine ont rencontré la créativité italienne.
aquafan
AQUAFAN

Ce n’est pas seulement un parc acquatique par excellence, mais beaucoup plus : il a été créé depuis plus de 15 ans mais il est resté un incurable Peter Pan! Depuis sa naissance (en 1987) Il a été reconnu comme un observateur privilégié de modes et tendances et c’est probablement pour cette raison que la symbiose Riccione-Acquafan est tellement bien réussie. En outre la collaboration continue avec Radio Dee Jay et la “nuit” offerte par la discothèque Walky Cup sous la direction artistique de Linus, font de Aquafan un Parc de vitalité exceptionnelle, telle que la vôtre.
logo
ITALIA IN MINIATURA

Le fameux et original parc offre cette année aussi différentes opportunités et autres services. Nous vous signalons l’enthousiasmante Chasse au Trésor parmi monuments, montagnes, arènes et places. Ne manquez pas cette grande aventure!
mirabilandia-logo
MIRABILANDIA

C’est le Pays des Jouets de la Rivière Adriatique et un des plus grands parcs de Divertissement d’Europe, ce qui est témoigné par les plus de 1.600.000 visiteurs qui ont été présents pendant la dernière saison. Technologie, génialité et fantaisie donnent vie à 37 différentes attractions se trouvant parmi les 6 différentes aires thématiques distribuées dans le vert d’une superficie de 70 ha. Emotions, amusement et relax sont garantis.
fiabilandia_logo
FIABILANDIA

Cette année-ci aussi Fiabilandia a été renovée. Parmi toutes ses nouveautés nous te signalons le Safari Park qui te permettra de vivre une aventure exotique avec des animaux les plus inattendus; en outre le Jardin des Fruits Oubliés et la Maison du Paysan proches de la Vieille Ferme sauront sûrement satisfaire ta grande envie de Nature!
indianagolf_log
INDIANA GOLF

plus d’un mini-golf, l’on pourrait appeler un «adventuregolf”.
Ce est en effet un mini-golf très spéciale, où les obstacles pour se rendre au trou formé par des étangs,
cascades, les ponts, les ascension et les trous sont gazon synthétique pour recréer les sentiments de la verdure d’un véritable parcours.
Vous pouvez choisir l’une des deux voies de difficulté variable, les deux 18 trous: ARCHE PERDUE ou dernière croisade.
Un jeu pour tout le monde, de familles avec de petits enfants, dans les jeux entre amis dernier coup.
Idéal pour passer un après-midi ou une soirée de picevole alternatif, tous plongés dans un parc de 7000 mètres carrés.
Une oasis inattendue dans le centre (ou 5 minutes du centre) de Riccione.